Article publié dans le Nouvel Observateur du 23 juin 2011

Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à goûter aux bières de spécialité, au grand bonheur des brasseurs qui peuvent donner libre cours à leur talent. Par Gérard Muteaud

[...] 

Capture2

Capture3

 

 

 

   

 

 

 

 

 

Rupture avec l'image sexiste

Elisabeth Pierre, qui organise les "Soirées maltées" à Paris, est également membre du Club des buveuses de bières à talons aiguilles, créé par la styliste Stanislassia Klein et Annick Castelain, une jolie "brasseuse" nordiste (Brasserie Ch'ti à Bénifontaine). Le Club, qui revendique plus de 2 000 membres sur Facebook, souhaite rompre avec l'image sexiste de la bière, symbolisée par la trilogie foot-télé-pizza.

La dernière réunion s'est tenue en mai à Lille pour une dégustation bière et fromage. Mimolette, maroilles et fromage de chèvre se sont confrontés aux différentes familles de bière. "Il y a une vraie curiosité autour de la bière, constate Elisabeth Pierre. Les consommateurs découvrent sa diversité. Et les femmes, auxquelles on prêtait volontiers une préférence pour les bières blanches ou aromatisées s'avèrent bien plus ouvertes et recherchent des arômes plus complexes." 

Certes, les buveuses de houblon ne vont pas remplacer les bataillons de troufions qui engloutissaient force bières à la moindre occasion. Mais elles contribuent à leur façon à la montée en puissance des bières de spécialité qui font le bonheur des brasseurs, ravis de mettre en bouteille et en fût toute la palette de leur talent.