Elle va sensuellement et avec assurance, elle fait tourner les têtes et fait mine qu’elle s’en balance,

Elle marche vite et droit, affiche un air sérieux mais donne l’impression de flâner à la fois.

Son remarquable déhanché transforme une rue, elle le sait, elle l’a bien vu.

Elle se sent puissante du haut de ses quinze centimètres de talons, alors peu importe si en fin de mois elle n’a plus un rond !

a (4)

C’est un fait, les récessions font en général grimper la hauteur des talons. Afin d’échapper à la dure réalité, les consommatrices ont tendance à adopter une apparence plus flamboyante. Penchons-nous sur les statistiques américaines : ces cent dernières années en sont la parfaite illustration.

Petite rétrospective de la chaussure féminine.

Les souliers plats typiques des années 1920 ont cédé la place aux escarpins à hauts talons et aux chaussures à plateforme pendant la grande dépression. Les plateformes ont fait un retour au moment de la crise du pétrole des années 1970, succédant aux sandales plates de la fin des années 1960. Et les gros talons bas de la période grunge des années 1990 ont été suivis des talons aiguilles du genre Sex and the City à la suite de l’éclatement de la bulle internet au tournant du siècle.

Mais aujourd’hui, retournement de situation : la femme des années 2010 fait aux tendances faux bondBallerine, petit talon bobine, richelieu et mocassin - la chaussure plate rencontre au moins autant de succès que sa sœur tout en hauteur. Bien sûr les femmes chérissent encore  leurs escarpins, mais les réservent plus pour sortir que pendant la journée. Il est possible qu’une mentalité d’austérité à long terme s’installe parmi le public et pousse les femmes à s’habiller plus discrètement dans leur vie de tous les jours.

Et vous, quelles sont vos chaussures préférées en ce moment ?

Celles que vous rêvez d’acheter ?

    63679056_p